Big data, big brother, big problems ?

La collecte massive des données engendre un modèle économique, le big data, dont l’ « économie collaborative » est un aspect, qui puise sa valeur dans les données que nous engendrons pas nos usages quotidiens du net, des réseaux sociaux, des places de marchés numériques et des moyens de paiement électroniques. Positionnée dans le monde du travail et des métiers, Minga reste extrêmement attentive à l’évolution de l’économie du Big data et à l’impact qu’elle produit sur toute une série d’activités professionnelles qui concerne aussi celles de ses membres. C’est pour ces raisons que  l’association plaide pour renforcer le débat entre sciences et sociétés et qu’elle avait organisé en 2016, en lien avec la coopérative Libre informatique, un premier atelier-séminaire de 2 jours sur Paris pour creuser la question.

Bénéficier de l’apport indéniable d’internet comme moyen d’accès et de partage horizontal d’informations, tout en restant maître de son outil de travail, de ses choix et de son activité, c’est l’enjeu de la réflexion que veut continuer de mener Minga sur le sujet. Il est aussi au coeur de ses propres choix de fonctionnement et de développement. Sa dégooglisation est en cours ainsi que le renforcement de ses coopérations pour défendre le libre-artbitre face à la montée en puissance des algorithmes, et développer des communs face aux logiques propriétaires.

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter