Faire ensemble pour voir grand… et inversement !

Porter cette « simple » exigence de bien faire son travail en soi aujourd’hui, c’est forcément faire face aux contradictions inévitables qui adviennent dans l’exercice de son métier. Les assumer, c’est se donner l’occasion de nouer des coopérations qui partent de l’examen partagé de ces contradictions, et des perspectives qu’elles permettent de développer, avec tous ceux qui ont le souci d’accompagner le développement d’une économie de qualité et de proximité à grande échelle.

La perspective visée par Minga et les projets auprès desquels elle se mobilise, réside dans l’article 23 de la déclaration universelle des droits de l’Homme. Pour Minga, c’est le travail qui produit de la richesse et doit être décemment rétribué, et cela ne peut passer exclusivement par le marché. A ce titre, en tant qu’organisation professionnelle et politique, Minga est amenée à construire son propre développement avec celui des structures qui comprennent la nécessité de développer des coopérations professionnelles et politiques, pour dépasser les contradictions qui jouent contre le développement des initiatives singulières à partir desquelles « produire de l’intérêt général ».

Sur la question alimentaire, Minga se mobilise ainsi auprès de structures qui s’organisent pour se confronter aux logiques de fonctionnement de l’agro-industrie qui se positionne fortement sur le marché de la bio  :

  • Talibreizh dont le combat pour la reconnaissance du métier de récoltants d’algues de rives, a conduit à la création d’un syndicat, le SNRARB, en voie d’obtenir cette reconnaissance par l’Etat.
  • Jardin’envie et Graines del Païs qui ont participé à la création de l’organisation professionnelle des artisans-semenciers européens, l’OPASE, en perspective de faire reconnaître leur métier et de donner à la profession les moyens de son développement.
  • Des entreprises qui souhaitent renforcer leur coopérations, chacune à partir de leurs intérêts de métier, convergents, qu’ils soient artisans semenciers, maraichers, grossistes, bistrotiers, cavistes, restaurateurs, épiceries de proximité… : http://www.minga.net/2017/03/10/la-bio-lavenir-de-lagrobusiness/

Sur la question du numérique, l’association accompagne les structures qui se confrontent à la montée en puissance de l’économie du Big data et des logiques propriétaires qui s’opposent au développement de « communs », comme :

  • Libre Informatique, que la démarche de Talibreizh a fortement inspiré. Confrontée à une forte croissance, soucieuse de renforcer leur coopération, Libre informatique, et 4 autres entreprises d’édition de logiciels libres, en sont arrivés à fonder le SYNPELL (syndicat des éditeurs de logiciels libres).
  • des collectivités territoriales, auprès desquelles Minga intervient, par exemple dans le cadre de montage de tiers-lieu, pour travailler la question de l’évolution des métiers et de leur articulation aux nouvelles technologies (http://www.minga.net/2015/10/27/minga-associe-fondateur-de-la-cooperative-pointcarre-produire-des-biens-communs-pour-refaire-commune/). Depuis 2016, l’association est aussi partenaire du programme de recherche-action Europe creative CHIC, pour travailler plus précisément sur  la question de l’évolution du design et des métiers de la création dans une démarche d’Open source.

Côté formation collective, Minga centre son offre sur un seul contenu, transversal, adressé à tous ceux qui ne se résignent pas à devoir choisir, au nom de l’urgence, de la carrière et du profit, entre le souci de la qualité et de l’exigence de bien faire son travail d’un coté, et l’insécurité professionnelle et la précarité des conditions de vie de l’autre :

Entre l’enlisement ou la fuite en avant : l’audace !
Aide à la formulation d’un objet social pour produire de l’intérêt général

"Duel au gourdin" Francisco de Goya - Musée du Prado

Une formation de 2 jours à destination des entreprises ou des associations pour mieux définir, préciser et formuler son objet social, en sorte d’élargir et de renforcer la qualité de ses relations avec des associés, des fournisseurs, des clients, des usagers, des partenaires financiers et des partenaires publics.
Organisée à partir d’un groupe de 6 personnes, porteurs ou non d’un même projet, issus d’un même territoire, avec une prédilection pour les territoires où travaillent des adhérents de Minga; la contribution d’un professionnel pouvant constituer « un plus », utile à l’appréhension des notions abordées.
Renseignements  Plaquette de présentation / Formulaire d’inscription

Pour tout  projet d’accompagnement, contactez nous.

Share on FacebookTweet about this on Twitter