À quand une usine des mille vaches bio ?

Agro-business ou économie équitable : il est temps d’ouvrir le débat sur le modèle économique de l’agriculture biologique.

Dès son origine, au sortir de la première guerre mondiale, l’agriculture biologique a été porteuse d’un projet de réconciliation et d’apaisement des rapports entre l’Homme et la nature et des relations entre les êtres humains, pour avancer vers une société plus conviviale.

Aujourd’hui la bio, mouvement social, est devenu le bio, secteur marchand : un segment de marché alimentaire identifié par des labels et porté par des organisations professionnelles et syndicales agissant comme des «gestionnaires de marques» et tendant à adopter un modèle économique qui emprunte de plus en plus aux méthodes et aux logiques de développement fort peu conviviales de l’agrobusiness.

Read more

Esperanza café adhère à Minga

1En créant Esperanza café en 2012, une entreprise de torréfaction artisanale de cafés fins basée à Saint Denis, Florent Gout souhaitait augmenter la qualité de l’offre de café présente sur le territoire français et favoriser son accessibilité auprès d’un plus large public. Aujourd’hui, Esperanza café prépare et livre chaque semaine en région parisienne des cafés « sur mesure », sélectionnés et fraîchement torréfiés en fonction des besoins d’une clientèle variée. Read more

Cycle de formation gratuit à Clichy-sous-Bois sur les statuts coopératifs, la finance solidaire, le crowdfunding, les logiciels libres…

Cycle de formations à Clichy-sous-BoisLa ville de Clichy-sous-Bois et Minga organisent du 21 mai au 18 juin des formations pour soutenir les projets d’entreprise des habitants et donner goût à une économie sociale et solidaire.

Au programme: les statuts coopératifs, les logiciels libres, le crowdfunding, la finance solidaire, les statuts d’activité individuelle.

Les formations auront lieu à la mairie de Clichy-sous-Bois. Elles sont gratuites avec inscription obligatoire auprès de Minga. (09 52 13 57 29 / minga@minga.net). Voir la Brochure complète pour plus d’info. Read more

Dépasser le RSI pour aller vers un régime universel de protection sociale de toutes les formes de travail

Le corporatisme, qu’il soit syndical ou professionnel, ne sert ni la transmission des métiers, ni l’économie, ni la solidarité : en matière de protection sociale il montre de plus en plus clairement ses limites.

Face à la crise du Régime Social des indépendants (RSI), L’Union professionnelle artisanale (UPA) a raison de rappeler le principe d’universalité en matière de sécurité sociale et que la santé n’est pas une marchandise. Mais pour que l’assiette des prélèvements sociaux sur les travailleurs indépendants soit vraiment équitable, encore faudrait-il éviter d’enfermer les artisans dans une représentation de petit patron, et reconnaître leurs réalités de travailleurs.

Les agriculteurs vivent la même situation avec la mutualité sociale agricole (MSA) quand les pensions de retraite, après une vie entière de travail pour eux et leur conjoint, sont bien souvent en dessous du SMIC. Pour ce qui est de la prise en charge en cas d’arrêt de maladie, il faut mieux rester en bonne santé….

Une réforme vraiment pertinente de ces régimes spécifiques, c’est leur fusion avec le régime général de la sécurité sociale pour créer un régime universel de protection sociale pour l’ensemble du monde du travail et des métiers. Au-delà des aspects de gestion, la force d’un régime universel de protection sociale est d’organiser une reconnaissance et une solidarité de toutes les formes de travail.

Avec Minga, faire ensemble la solidarité de demain.

télécharger le communiqué en format PDF